Comment investir dans les actions chinoises ?23/12/2020 | Article

Aujourd’hui, les investisseurs internationaux ont accès au marché boursier chinois, l’un des plus importants et des plus dynamiques au monde, via les actions de classe « A ». Mais attention, s’il présente de nombreux avantages, ce marché s’adresse avant tout aux investisseurs actifs et avertis.

 

Durant de nombreuses années, l’accès au marché chinois des capitaux était limité pour les investisseurs occidentaux, Pékin refusant de voir des entreprises chinoises passer sous contrôle étranger.

 

Un système de classes d’actions ne permettait aux investisseurs non-chinois que d’acheter des actions cotées à Hong Kong émises principalement par des entreprises publiques ou privées de Chine continentale, comme China Mobile, China Construction Bank, Tencent et Xiaomi, toutes réunies sous le régime juridique de classe « H ». Les investisseurs pouvaient aussi se rabattre sur des ADR (American Depositary Receipt), des « actions miroirs » émises aux Etats-Unis qui permettent d’investir de façon indirecte dans quelque 170 entreprises chinoises, comme Alibaba et JD.com.

 

Mais aujourd’hui, Pékin permet également aux investisseurs internationaux d’acheter des actions de classe « A », actions émises par les entreprises basées en Chine continentale, cotées en yuan (RMB) sur les bourses de Shanghai (SSE) et de Shenzhen (SZSE),.

 

Autrement dit, le sésame pour le troisième marché actions mondial en termes de capitalisation boursière (après la Bourse de New York Stock et le Nasdaq) et un accès à environ 3 800 entreprises de grande, moyenne et petite capitalisation1 de l’une des économies les plus dynamiques au monde !

 

Figure 1 China A-share market

 

Pour être complet, les marchés locaux chinois permettent aussi d’investir dans les actions de classe « B », moins actives, cotées aux bourses de Shanghai (SSE) et de Shenzhen (SZSE) en dollars américains (USD) ou en dollars de Hong Kong (HKD).

 

 

Quel intérêt d’acheter des actions de classe A ?

 

Quels avantages présentent ces actions chinoises de classe A pour les investisseurs ? De réels atouts en matière de diversification tout d’abord, puisque ce marché permet d’accéder à une large palette d’entreprises chinoises au profil plus domestique et dont la santé financière n’est pas tributaire des revenus générés à l’étranger. 

 

Depuis quelques années, les actions A chinoises sont en outre ouvertes à quelques investisseurs institutionnels occidentaux, ce qui fait que le volume de transactions moyen sur ces actions a été multiplié par plus de 14 en à peine 3 ans ! Et la collaboration scellée en juin 2019 entre la bourse de Shanghai (SSE) et le London Stock Exchange (LES) pourrait encore attirer de nouveaux flux de capitaux étrangers vers les marchés d’actions chinoises.

 

Les indices mondiaux MSCI et FTSE ont d’ailleurs commencé à intégrer des actions de classe A depuis 2017. En août 2020, elles représentaient 5,1 % de l’indice MSCI Emerging Markets (voir graphique 2). Et ce pourcentage a vocation à se renforcer (voir graphique 3).

 

Figure 2 China A-share market Figure 3 China A-share market

 

Si la Chine ne pèse que 5,6 % de l’indice MSCI All Cap World, qui représente l’indice reflétant les différents marchés boursiers mondiaux, ce chiffre ne reflète pas son poids réel dans l’économie mondiale puisque, selon la Banque Mondiale, le PIB de la Chine représentait 16,3 % du PIB mondial en 2019.

 

Par ailleurs, les investisseurs étrangers ne détiennent qu’environ 2,5 % du marché total des actions chinoises de classe A, contre respectivement 22 % et 40 % des marchés américains et britanniques. Le poids de la Chine dans les marchés mondiaux des actions devrait donc se renforcer à terme.

 

 

Un marché pour les gérants actifs

 

Si les indices mondiaux ont commencé à intégrer les actions de classe A, il faut toutefois savoir que les entreprises de Chine continentale n’ont pas à répondre aux mêmes normes de gouvernance strictes que celles cotées à la bourse de Hong Kong. Ce facteur, associé à une plus faible couverture par les analystes, en font un marché mieux adapté à la gestion active, et moins à la gestion indicielle, pour les investisseurs souhaitant se positionner avec succès sur ce segment.

 

Il faut donc savoir choisir ses actions et les suivre activement… Les actions de classe A sont d’ailleurs un vivier de choix pour les « stock pickers », sélectionneurs de valeurs sur un marché animé, avec des variations de cours supérieures à la moyenne… Ce qui leur permet d’identifier et d’exploiter davantage d’opportunités d’investissement.

 

Certes l’État détient environ un quart des industries ; il contrôle et influe sur de nombreux aspects de la vie économique. Mais, si on le compare aux actions H cotées à Hong Kong, le marché des actions A permet d’accéder à une sélection plus large d’entreprises privées dans les secteurs de l’informatique, de la technologie et des biens de consommation, les secteurs qui offrent, aujourd’hui, un grand nombre d’opportunités d’investissement.

 

Selon un article publié récemment par le Forum Economique Mondial, « la combinaison de chiffres 60/70/80/90 est fréquemment utilisée pour désigner la contribution du secteur privé à l’économie chinoise : il contribue à 60 % du PIB de la Chine, est responsable de 70 % de l’innovation, de 80 % de l’emploi urbain et créé 90 % des nouveaux emplois ! Il est également responsable de 70 % des investissements et de 90 % des exportations2. »

 

Enfin, en tant que pionniers de la gestion ESG, nous sommes heureux de voir que ces facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance revêtent une importance croissante pour les entreprises chinoises. Si l’intérêt est surtout marqué chez les grands leaders au sein de leurs secteurs, qui bénéficient d’investissements étrangers plus importants, de fortes marges d’amélioration persistent du côté des entreprises comme de la réglementation. L’importance accrue accordée aux facteurs ESG est directement liée aux objectifs de neutralité carbone pour 2060 définis lors des Accords de Paris, par le développement des énergies propres et des véhicules électriques qui en résulte, mais également par la récente annonce des mesures antitrust qui touchent le secteur de l’internet et du commerce électronique.

 

Nous sommes donc confiants dans l’avenir des actions de classe A, qui devraient continuer à se développer et offrir aux investisseurs internationaux un marché important et croissant ainsi qu’une réelle source de diversification et dont la qualité ne peut que s’améliorer.

 


1 Source: World Federation of Exchanges, as at May 2020. ↑ Retourner au texte

2 https://www.weforum.org/agenda/2019/05/why-China’s-state-owned-companies-still-have-a-key-role-to-play/ ↑ Retourner au texte